La réversibilité des données et l’archivage électronique, ou comment éviter la dépendance technologique

Les entreprises conservent leurs documents électroniques dans des systèmes d’information. Du fait de l’asynchronisme entre les cycles de vie des documents et des systèmes d’information, il est indispensable de s’assurer de la capacité à sortir des systèmes pour récupérer les données, c’est-à-dire de la réversibilité des données. L’objectif de cet article est d’aider les entreprises à mieux se prémunir contre le risque de non-réversibilité. Après avoir défini les contours du problème, en définissant la notion de réversibilité et en identifiant les systèmes concernés, les risques associés à la non-réversibilité et les données à récupérer, les auteures examinent la réversibilité sous l’angle juridique, avec un exposé des contraintes légales qui pèsent sur les documents électroniques et des pistes de réflexion pour se prémunir contractuellement du risque de non-réversibilité. Enfin, elles identifient les conditions permettant une réversibilité effective d’un système, sous l’angle méthodologique.

Ce contenu a été mis à jour le 9 août 2017 à 10 h 00 min.